Nos lectures du jeudi 14 février 2019

 

Trois fois la fin du monde / Sophie Divry

Ce livre est un coup de cœur de la librairie Payot. C’est l’histoire d’un braquage raté pour Joseph et son frère : ce dernier est tué et lui arrêté et envoyé en prison (la 1ère fin du monde). Le livre parle de cette vie en prison avec ces sévices et ses insultes. Lors d’une explosion nucléaire, Joseph est libéré et se retrouve seul rescapé (2e fin du monde) comme Robinson Crusoé. Il se choisit une maison, se sert dans les magasins, plante un jardin potager, fait connaissance avec un chat, un mouton. Et la troisième fin du monde ramènent Francine qui a apporté ce livre et Joseph à la réalité.

 

La femme à la mobylette /Jean-Luc Seigle

Ce livre se passe dans les bas-fonds français, et Francine nous raconte l’histoire de Reine et ses trois enfants, une femme perdue affectivement, socialement, financièrement. Elle hésite à tuer ses enfants et elle ensuite. Dans un jour d’énergie, elle range son jardin et y découvre une mobylette. Elle la nettoie et trouve un travail grâce à sa mobylette. Elle remonte la pente, elle a un travail, elle créé des tableaux en tissus, rencontre un homme, mais….

 

Salina : les trois exils / Laurent Gaudé

Un cavalier arrive dans un village, des cris l’accompagnent. Le cavalier dépose au milieu du village un bébé. Le village est réuni, mais personne ne s’en approche. Les hyènes arrivent, mais ne touchent pas à l’enfant. Une femme décide alors de prendre le bébé et elle s’en occupe. Mais cet enfant sera toujours marginalisé à cause du mystère qui l’accompagne.  Salina grandit et elle épouse un homme alors que le frère de cet homme a des vues sur elle. Son mari part à la guerre et y meure.

C’est le fils qui raconte la vie de Salina avant d’enterrer sa dépouille.

Salina

 

 

Une aïeule libertine / Claudine Houriet

Sandra va parler avec son oncle et découvre le tableau d’une tante décédée. Elle fait des recherches pour connaître la vie de cette aïeule. L’aïeule se réveille et intervient dans les recherches de Sandra. Cette tante est partie en Russie et y a épousé un homme russe. Elle rentre à Paris et son mari la rejoint. Mais sa famille la rejette. Alors, elle peint et devient célèbre. Il y a interaction entre la jeune fille et l’aïeule.

 

LaRose / Louise Erdrich

Histoire d’un petit garçon amérindien de 5 ans qui vit dans une famille du Dakota du Nord en 1999. On y apprend la vie du clan et des familles. Le père d’une famille chasse et lors d’une chasse, pensant viser le cerf, il tue le fils de leurs voisins. La tradition dit que le père doit donner son enfant à la famille attristée en remplacement de la perte. Ce pauvre enfant, LaRose, est tiraillé entre sa famille biologique (qui a de nombreux enfants) et la famille adoptée (une seule sœur). Le livre est très bien écrit.

LaRose par Erdrich

Cette auteure est une spécialiste de la vie amérindienne et a déjà écrit plusieurs livres sur le sujet. Ce roman a été couronné par le National Book Critics Circle Award.

 

Retour sur l’île / Viveca Stern

Un très bon livre qu’Annette a découvert.  Avec Viveca Stern, il y a toujours des cadavres, sur des îles scandinaves de préférence. Ce livre tient toutes ses promesses.

 

L’équation africaine / Yasmina Khadra

Histoire d’un médecin à Frankfor qui mène une vie ordinaire jusqu’au décès de sa femme. Il n’arrive pas à se consoler. Un ami l’entraîne dans un voyage humanitaire jusqu’au îles Comores. Mais ils sont pris en otage. Le livre raconte cette vie d’otage avec ses peurs, et ses rares joies.

 L’équation
 africaine par Khadra

Le lambeau / Philippe Lançon

Dominique nous a présenté ce beau livre. Voici le résumé qu’elle en fait « Ce livre est un monument rempli d’humanité, c’est incontestablement ce que j’ai lu de plus fort cette année. Philippe Lançon raconte l’attaque de Charlie Hebdo le 7 janvier 2013 dont il a été victime (un quart de son visage inférieur droit réduite en bouillie) et au cours duquel il a perdu beaucoup de ses amis.

Ce livre n’est pas un témoignage ordinaire. Il va plus loin que cela.

Il se raconte lui, comme il vit cette épreuve avec ses proches, avec les soignants, avec ses livres, avec la musique qui l’aident. Il raconte aussi sa vie d’avant, comment cet épisode le changera à jamais physiquement et moralement. Ce n’est jamais haineux, ni larmoyant, ni plaintif, il n’y a aucun jugement, juste une très grande intelligence, une culture immense et une empathie hors norme pour cet homme meurtri au plus profond de sa chair et de son âme qui subira une quinzaine d’opérations. On est avec lui dans cette chambre d’hôpital avec ses craintes, ses angoisses, ses espoirs, ses déceptions et sa renaissance.

J’ai eu du mal à quitter le livre à la fin… je ne l’ai pas lu d’une traite…mais bravo à lui d’avoir pu mettre noir sur blanc autant de sensations… il ne peut laisser indifférent. »

 

La vraie vie / Adeline Dieudonné

La narratrice a 10 ans et nous raconte sa vie entre ses parents indifférents et son frère, traumatisé par un événement. Elle décide de fabriquer une machine à remonter le temps pour que cet événement n’ait pas lieu et que son frère continue de sourire.

Mais la vie n’est pas si facile.