Quel titre ?

Pour cette nouvelle petite enquête je désire vous emmener dans l’univers des titres des livres. Comment est choisi un titre ? les titres ont-ils tendances à devenir plus longs ? A quel moment l’écrivain choisit son titre ?

Voici quelques questions qui me tracassaient.

1. Identité

Le titre d’un livre est comme le prénom d’un bébé. Il lui donne son identité.

Ainsi depuis plusieurs générations, certains auteurs donnent un prénom à un titre de livre, le plus connu étant Marcel Pagnol avec ses bébés (non ses livres) appelés Marius, Fanny, Manon Jean de Florette. Ainsi Marie Laberge a choisi Gabrielle*, Adélaïde*, et Florent*. Tatiana de Rosnay a écrit Rose*, Paullina Simons Tatiana et Alexandre*, Luce et Célie*pour Roland Buti, Léon et Lucie*/Alex Capus et ainsi de suite. Et n’oublions pas Zorro* d’Isabel Allende et la fameuse Rebecca de Daphné du Maurier

Afficher l’image source

2. Informer le lecteur

Le titre donne une information, aux futurs lecteurs, du contenu de l’ouvrage, il doit susciter la curiosité et donner envie de le lire. Il fait partie intégrante du livre, il est une promesse.

Ainsi « Coup de foudre à Seattle » nous fera imaginer un livre de romance. « 20 000 lieux sous les mers » nous indique le lieu où se déroule le récit.  Le charme discret de l’intestin*/ nous emmène dans les entrailles de notre corps pour découvrir comment il fonctionne, et avec « La fille de Brooklyn* » nous partirons aux Etats-Unis.

3. Susciter la curiosité du lecteur

Il semblerait que c'est Katherine Pancol qui a misé la première (en 2010) sur l’idée de susciter la curiosité à travers les titres de sa trilogie : les yeux jaunes des crocodiles*, la valse lente des tortues* et les écureuils de Central Park sont tristes le lundi*. Vous souvenez-vous d’autres titres « bizarres » ?

Voici ceux que j’ai trouvé dans notre bibliothèque :

Mémé dans les orties*, Demain j’arrête* (nous en avons parlé lors d'une soirée A livre ouvert). Je me suis toujours demandé ce que Gilles Legardinier arrête demain. De fumer, de manger, de rêver, de critiquer ? n’ayant pas lu livre, je ne sais pas. Et vous ?

Les poissons ne connaissent pas l’adultère*/Carl Aderhold, Entre le Chaperon rouge et le loup, c’est fini* Katarina Mazetti

Les poissons
 ne connaissent pas l'adultère par Aderhold

4. A quel moment l'auteur trouve le titre de son livre ?

Pour Corinne Jaquet, elle a « le plus souvent le titre en tête dès le début de l’écriture ». Pour Sophie Colliex, pour son premier roman, « le titre a été trouvé assez tôt dans l’écriture de ce roman qui a duré plusieurs années ».

Pour le second, le titre lui est venu plutôt vers la fin. Sophie est « sensible aux sonorités des mots. « Les syllabes nasales du mot Incandescent «(in, an) me séduisaient. », elles donnaient à ce mot beaucoup d’intensité. Sa signification « rendu lumineux sous l’effet d’une forte chaleur » reflétait si parfaitement l’état d’esprit de ce jeune marin amoureux, éveillé lorsque tout le monde dort, ce mot a été une évidence, il m’a été impossible d’en imaginer un autre ».

5. Titres dans une autre langue

Certains auteurs donnent des titres dans une autre langue, surtout en anglais. Pour étayer cette affirmation, j’ai trouvé ces livres dans notre bibliothèque : Daisy sisters* / Henri Mankell, Faith* / Peter James, Room* / Emma Donoghue (dont nous avons parlé lors d’une soirée à Livre ouvert), City of fire*, Shadowman*, Lost* / Joy Fieldins, Stand by* (parlé lors d’une soirée à Livre ouvert),Empire State*/Henry Porter, Summer* / Monica Sabolo, etc, etc.. Je n’ai pas trouvé de titre en allemand ou en japonais, mais je pense que cela doit aussi exister.

6. La longueur des titres

Les titres deviennent-ils plus longs ces dernières années ?

Que pensez-vous de la longueur de ces titres ? La dernière réunion des filles de la station-service* /Fannie Flag ou Ta deuxième vie commencera quand tu comprendras que tu n’en as qu’une* / Raphaëlle Giordano ou Petits arrangements avec la cinquantaine * /Minou Azoulai ou Les cinq personnes que j’ai rencontrées là-haut* /Mitch Albom.

Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire*, L’extraordinaire voyage du Fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa* / Romain Puértolas qui a récidivé avec La petite fille qui a avalé un nuage grand comme la Tour Eiffel*, La manufactures des chaussettes inusables*, Vilaine, l’histoire vraie d’une enfant haïe par sa mère /Constance Briscoe. L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté
 coincé dans une armoire Ikea

Mais pourquoi vouloir rallonger le titre ? C’est une manière de se démarquer des autres livres, c’est une stratégie marketing. Mais est-ce que cela fonctionne ? Fermez les yeux : vous rappelez-vous le titre exact d’un des livres cités précédemment ? Pas facile n’est-ce pas ?

Et les titres les plus courts sont parus en 2012 : 14 / Jean Echenoz et Oh / Philippe Dijan.

7. Les pays ou villes comme titre

Les auteurs utilisent aussi la ville ou le pays où se passe le livre comme titre. Tokoy* / Mo Hayden, Nagasaki* / Eric Faye ou Irlande* /Frank Delaney, Chicago* /Alaa El Aswan ou comme Sophie Colliex qui a raconté l’histoire de L’enfant de Mers el-Kébir*. Comme « je racontais l’histoire d’un enfant à Mers el-Kébir, et je n’ai pas pu imaginer lui en donner un autre (je n’y ai pas pensé à vrai dire ». Pour son deuxième roman Nuits incandescentes*, elle nous raconte « Pendant l’écriture je pensais le Marin de Bizerte mais je n’en étais pas satisfaite, la symétrie avec le titre de mon premier roman me dérangeait. Ce titre est venu une nuit, lorsque j’ai compris que mon héros et moi partagions la même insomnie et la même fièvre d’écrire ».

7. Les chiffres dans les titres

Vous rappelez-vous ce titre bizarre de Frédéric Beigbeder 99F ? Ou Ma ligne 13* / Pierre-Louis Basse,  80 étés* / Jeanne Henri. Mais le plus bizarre est IQ84* / Haruki Murakami. Il y a aussi 33 rue des Grottes* / Lovlé Tillmann, Enfant 44*/ Tom Rob Smith, Le numéro 7* /Martin Winkler, Le 31 du mois d’août* / Laurence Cossé, Le huit* / Katherine Neville.

Résultat d’images pour 99f beigbeder

9. Titres récurrents

J’ai découvert que Lilian Jackson Braun a écrit de nombreux livres (de 1966 à 2007) tous appelés « Le chat », Le chat qui jouait au postier, le chat qui volait une banque. Nous en avons un certain nombre dans notre bibliothèque.

 10. Titres identiques

Existe-t-il deux titres identiques pour plusieurs livres ? Oui, Central Park* / Guillaume Musso a un homonyme qui est paru en 1982 et a été écrit par Stephen Peter. Marc Dugain a choisi un titre qui a été choisi par 7 autres auteurs « Emprise ».

J’ai même lu qu’en 2011, fait très rare en France, deux romans paraissent avec le même titre à une semaine d’intervalle. Il s’agit de « Les petits » écrit par Christine Angot et Frédérique Clémençon.

Corinne Jacquet nous raconte : « ... j’avais une histoire à raconter que je voulais nommer « Le désespoir des singes » (c’est un arbre) et en allant sur internet, j’ai vu que l’expression a été utilisée plusieurs fois pour des titres. D’ailleurs, j’ai fini par ne pas écrire l’histoire… pas pour ça, mais c’est amusant d’y penser ».

 

Voilà quelques réflexions sur les titres et si vous avez d’autres idées, n’hésitez pas à nous contacter pour compléter cette petite enquête.

Mais je ne veux pas terminer cette petite enquête sans vous parlez de ce livre intitulé Le livre sans nom* écrit par  Anonyme. Ce livre est l’antithèse de tout ce que je viens de vous parler sur le titre des livres : ce livre n’a pas de nom et l’auteur n’a pas de nom, non plus. Et savez-vous que ce livre se trouve dans notre bibliothèque ?

 

 

 

Vous trouverez les livres suivis du * dans notre bibliothèque.

 

 

Je remercie Sophie Colliex et Corinne Jaquet (www.corinnejaquet.ch) pour leur participation qui rend cette enquête plus vivante.

     

Les Pseudonymes

Depuis que nous parlons des livres d’Elena Ferrante, je me suis interrogée sur l’utilisation des pseudonymes.

Cette pratique n’est pas nouvelle. Nous avons tous en mémoire Romain Gary et Emile Ajar ou … et Georges Sand.

Mais qu’est-ce qui pousse un auteur à prendre un pseudonyme ?

  • La société

Jusqu’à la fin du XIXe siècle, une femme n’écrivait pas. Georges Sand (de son vrai nom Amantine Aurore Lucile Dupin) n’adopte pas seulement un pseudonyme mais elle s’habille en homme également afin de pouvoir avoir accès à des lieux interdits aux femmes.

Charlotte Brönté a adopté le pseudonyme Currer Bell sous lequel elle publiera entre autre Jane Eyre et Daniel Stern est le pseudonyme de Marie d’Agout.

  • La mode

Quand l’éditeur a demandé à Lev Tarassov de se trouver un nom plus français pour que son roman soit publié, il est devenu Henri Troyat. Ou pour se donner un genre plus américain, à la mode en 1940, Boris Vian devient Vernon Sullivan.

  • La pression familiale

Tel ne voulait pas être pris pour le fils à papa, ou nuire à la famille qui porte son nom ou à leur fonction dans l’Etat, tel Erik Arnaud (conseiller de François Mitterand) qui a pris le nom de plume d’Erik Orsenna ou Alexis Leger, diplomate français qui a pris le nom de Saint-John Perse pour écrire. Henri Beyle choisit de s’appeler Stendhal (ou de nombreux autres noms) par haine de son père. Et la Comtesse de Ségur profite de nom de son époux pour échapper à son nom de jeune fille (Rostopchine qui a incendié la ville de Moscou en 1813). Emmanuel Carrère simplifie son nom afin de ne pas être perçu comme le fils d’Hélène Carrère d’Encausse.

  • Le besoin de connaître sa valeur

C’est le cas de Stephen King qui voulait vérifier s’il pouvait connaître le même succès sous le nom de Richard Bachman. Ou cela permet à l’auteur d’écrire dans deux styles différents sans risquer ne plus être aimé par son public. C’est le cas de Claude Klotz qui écrit des romans policiers et fantastique et qui devient Patrick Cauvin quand il écrit des livres plus doux et romanesque comme Villa Vanille ou E =m 2 mon amour.

  • Pour des raisons de sécurité

Pendant la résistance, par exemple, les écrivains avaient tous des noms d’une région de France comme pseudonyme. François Mauriac a publié sous le nom de Forez, par exemple.

Mohammed Moulessehoul a écrit sous plusieurs pseudonymes pendant 11 ans pour éviter le Comité de censure militaire d’Algérie. Puis il réunit les deux prénoms de son épouse et Yasmina Khadra est publié en Europe en 1997. Mais la véritable identité de l’auteur ne sera connue qu’en 2001. Dans une monde arabo-musulman, porter un pseudonyme féminin est courageux et témoigne de son soutien à l’émancipation de la femme musulmane.

Couac au Prix Goncourt

L’écrivain Romain Gary de son vrai nom Romain Kacev obtint une première fois le prix Goncourt en 1956 puis une seconde fois sous le pseudonyme Emile Ajar en 1975 alors qu’un auteur n’est pas autorisé à recevoir ce prix plus d’une fois. La supercherie ne sera découverte qu’après sa mort.

 

De nos jours, les pseudonymes sont encore d’actualité.

JK Rowling

L’auteur de la sage Harry Potter écrit des enquêtes policières sous le nom de plume de Robert Galbraith. Ses raisons sont triples :

  • Elle désire prendre un nouveau départ et ne veut plus être associée à Harry Potter

  • Elle a toujours désirer s’appeler Ella Galbraith et le choix de Robert comme prénom rend hommage à Robert F. Kennedy qu’elle admire beaucoup.

  • Elle croit au potentiel de Robert Galbraith

Son nouveau héro, Strike Cormoran, est un écorché de la vie amputé d’une jambe et détective privé. Elle a déjà écrit 3 livres sous ce pseudonyme : L’appel du coucou, Le verre à soie et La carrière du mal.

 

Le ver à soie

 

 

Quand la véritable identité de l’auteur de L’appel du coucou est connue, les ventes font une envolée spectaculaire : chez Amazon le livre passe de la 5076e place à la 1ère place en moins de 24heures. Une affaire en or ! Mais JK Rowling assure que deux chaînes de télévisions étaient intéressées par son livre bien avant de connaitre son identité.

 

Et Elena Ferrante ?

Et le cas Elena Ferrante. Qu’en est-il ? Est-ce un pseudonyme ou son vrai nom ? Voici un petit résumé de ce mystère.

Qui est la personne qui écrit sous le nom de plume Elena Ferrante ? Cette question est restée sans réponse depuis plus de 20 ans. Qui est-elle ? Nul ne le sait, car l’auteur a posé des conditions à sa publication : aucune interview ni aucune photo car elle pense que les livres doivent vivre pour eux-mêmes non grâce à un auteur.

Son premier roman est paru en 1992 (L’amour harcelant) fut suivi en 2002 d’un autre (Les jours de mon abandon) puis vient la tétralogie commencée en 2004 L’amie prodigieuse, suivi de Le nouveau nom, dont le 3e roman vient de sortir (Celle qui fuit et celle qui reste). Le dernier tome est sorti en italien et est en voie de traduction. Ces livres ne sont pas uniquement un succès en Italie mais sont traduits dans une quarantaine de langues

L'amie prodigieuse, tome 1 : Enfance, adolescence par Ferrante

Mais le mystère de la véritable identité de l’auteur a titillé les journalistes à qui elle a juste dit être une mère de famille napolitaine, née en 1943. Récemment, un journaliste a comparé les revenus de la traductrice de la maison d’édition, Anita Raja et la sortie des livres. Il en a déduit que cette femme est Elena Ferrante. Cette information n’a été ni certifiée ni démentie soit par Anita Raja elle-même soit par la maison d’édition. Certains confrères s’indignent de cette ingérence dans la vie privée mais tout le monde a lu son article avec intérêt.

Une start-up valaisanne a même mathématisé le style littéraire pour en déduire que les deux premiers romans n’ont pas été écrits par la même main que la tétralogie. Et que la tétralogie a été écrite par Domenico Starnone, en couple avec …. Anita Raja !

Mais finalement qu’est-ce qui importe le plus pour nous lecteur ou lectrice ? Lire un bon roman d’un auteur anonyme ou inconnu ou qui utilise un pseudonyme ou lire un roman moyen ou mauvais d’un auteur célèbre ?

 

Je vous laisse répondre à cette question…

 

Quelques pseudonymes célèbres :

Patrick Sébastien a écrit un livre sous le nom de Joseph Lubsky

Boris Vian est devenu Vernon Sulllivan

Patrick Cauvin est le pseudonyme de Claude Klotz

Julien Gracq est le pseudonyme de Louis Poirier

Lewis Carroll est le pseudonyme de Charles Lutwidge Dogson

Michel Houellebecq, pseudonyme de Michel Thomas

Daniel Pennac, pseudonyme de Daniel Pennacchioni

San Antonio, pseudonyme de Frédéric Dard

Vous avez des questions, des remarques, vous voulez nous faire part de votre avis ou de votre expériense, vous pouvez nous envoyer un mail.

 Myriam Charpilloz

L'énigme "Richard Castle"

Cela fait plusieurs fois que l’énigme « Richard Castle » a été évoquée autour de la table de Bouillon de Lecture. Voici enfin le point sur la situation :

Le nom de Richard Castle est bel et bien celui d’un personnage de série télévisée.

Cette série policière que l’on peut voir depuis quelques années sur différentes chaînes, raconte l’histoire d’un écrivain - de son vrai nom Richard Rodgers – qui travaille aux côtés de la police newyorkaise afin de se documenter pour l’écriture de ses livres.

A l’écran, celui qui lui a donné son visage s’appelle Nathan Fillion.

Dans le cadre de la série, le personnage de Richard Castle est présenté comme l’auteur de différents ouvrages répartis en deux séries. La première, baptisée « Derrick Storm » comprend cinq titres.

La seconde met en scène une certaine Nikki Heat (Nikki Hard dans les épisodes traduits en français) qui n’est autre que la copie romanesque de la policière avec qui Castle passe ses journées (et bientôt ses nuits, mais ça, il faut suivre la série pour comprendre). On entend souvent citer les titres de « Mort brûlante » ou encore « Vague de chaleur » au hasard des épisodes.

Les créateurs de la série ont eu l’idée astucieusement commerciale, depuis quelques années, d’accrocher les fans de la série au travers de romans portant les titres de ceux du personnage et véritablement publiés en librairie. Ils ont poussé l’audace jusqu’à illustré le 4e de couverture avec la photo de Nathan Fillion, l’acteur qui est Castle à l’écran.

Le mystère

Cette idée de marketing et de fidélisation est hors du commun. Plusieurs journalistes ont déjà cherché à savoir qui se cachait réellement derrière le masque de Richard Castle. Jusqu’ici – d’après nos recherches – on ne le sait toujours pas. Un seul indice, le vrai auteur est déjà apparu dans un épisode. Mais quand on sait que dans la trame de la série, Richard Castle joue régulièrement au poker avec de grands auteurs (qui jouent leur rôle !) comme Michael Connelly, James Patterson, Dennis Lehane ou encore Stephen J. Cannell, on peut soupçonner l’un d’entre eux ou tout imaginer.

Il existe même une page Facebook lançant un concours sur la vraie identité de l’auteur de « Vague de chaleur ».

L’enquête continue donc…

Si vous avez des indices à nous communiquer, n'hésitez pas!

Corinne Martin-Jaquet

 

Bibliographie :

- Avis de Tempête (série Derrick Storm)

- Vague de chaleur (Heat Wave)

L'inspecteur Nikki Heat enquête sur la mort d'un magnat de l'immobilier ruiné par la Crise et jeté depuis le balcon de son appartement. Le journaliste Jameson Rook la suit à la demande de ses supérieurs. Leur relation devient progressivement beaucoup moins professionnelle.

- Mise à nu / Nikki à nu (Naked Heat)

Depuis que l'article de Rook est sorti, Nikki Heat, furieuse, s'efforce de l'éviter mais lorsqu'elle le découvre sur une de ses scènes de crime, elle doit bien accepter, contrainte et forcée son assistance : la journaliste spécialisée dans tous les vilains petits secrets des célébrités new-yorkaises a été horriblement torturée avant d'être assassinée et Rook vient de passer plusieurs semaines à la suivre quotidiennement.

- Froid d'enfer / La fièvre persiste (Heat Rises)

- Cœur de glace (Frozen Heat)

- Mort brûlante (Deadly Heat) est paru le 13 septembre 2013 pour la version anglaise, le 2 octobre 2013 pour la traduction en français.

 

On trouve encore en librairie

 

- Mort d’une reine de promo (Death of a Prom Queen)

- Des fleurs pour ta tombe (Flowers For Your Grave)

- Pas de furie en enfer (Hell Hath No Fury)

- Une rose pour l'éternité (A Rose for Everafter)

- Le tueur n’aimait pas le son

- La forêt des tombes sanglantes (When It Comes to Slaughter)